Site Perso de

Thomas JANNAUD

Des actualités personnelles sous un style impersonnel, et inversement.



Shenzhen BackStreets
La Chine qu'on ne visite pas 26 Avril 2015

Nouveau boulot oblige, nouveau mode de vie. Je travaille aujourd'hui sur la première semelle chauffante connectée : la Digitsole. Et comme au temps d'Apple il y a 4 ans, je dois aller régulièrement en Chine. Mais une entreprise ce n'est pas une agence de voyage : après y avoir passé 2 mois en cumulé, je n'ai eu qu'une seule fois le temps de marcher dans la rue. Plaisir simple mais grand comme une muraille.

J'ai grandi avec l'idée qu'en Chine :

Tout est faux, mais ce n'est pas rose pour autant : Google, Facebook, ... ne sont pas accessibles. Un ami a essayé d'aller sur quelques site réservés aux majeurs et même résultat. Et à la télé, TV 5 Monde coupe dès que ça parle de la Chine.

A force de manger chinois j'attrape les yeux bridés.

3h pour voir la Chine c'est peu, il a fallu faire vite. Heureusement je suis dans la banlieue de Shenzhen et il n'y a pas grand chose à voir. J'ai déambulé dans quelques ruelles où je me suis vraiment senti dans un pays en voie de développement : des immeubles sales, des petites boucheries de quartier sans frigo, des enfants qui aident leurs parents à couper les légumes du resto dans la rue, ...
J'y ai aussi assisté à l'assassinat d'un poisson. Choisi par une cliente, le poissonnier le sort de l'aquarium, le met dans un sac plastique et lui explose la tête par terre. Deux fois.

Pour témoigner de ma volonté de m'intégrer dans ce pays d'anciens espions, je me suis senti obligé de relater ce crime aux autorités chinoises. Mais ces imbéciles ne parlaient pas français.

Sorti des petites ruelles, la Chine montre son nouveau visage : voitures européennes récentes, smartphone dernier cri dans les mains de tout un chacun, ... Un tour à Walmart, la plus grande chaîne de supermarchés au monde me le confirme : je craque pour les vtt à gros pneus et le miel que l'on achète au poids et que l'on se verse depuis d'énormes bidons.

Seul rappel que l'on était hier encore dans un pays en voie de développement : ici aussi le poisson s'achète depuis des aquariums et se fait zigouiller dans la foulée.
Aujourd'hui la Chine a rattrappé son retard : je passe devant des téléviseurs de 80cm de diagonale à 400€, soit le même prix qu'en France.

Est ce que cela veut dire que les chinois gagnent autant que nous maintenant ? Quand j'étais encore au collège, nos manuels de géographie appelaient les pays asiatiques les "nouveaux dragons". Ça mange quoi un dragon ?

À lire aussi :
Laissez un commentaire !

Pas besoin de vous connecter, commencez à taper votre nom et une case "invité" apparaîtra.